Pourquoi les Africains produisent peu ?

Bonjour cher amis internautes, le titre de mon article de ce jour est assez sévère me direz-vous, mais est-ce loin de la réalité vous répondrais-je ??

En effet à l’ère de la vulgarisation d’internet et nouvelles évolutions des TIC la question doit se poser, pourquoi nous Africains en général et Camerounais en particulier produisons peu ? Je vais dans ce billet essayer de donner des éléments de réponses, mais bien sûr ce qui va suivre n’est pas la seule raison qui explique ce manque de créativité de notre part, mais juste un début de réponse je l’espère.

En 2013 j’ai assisté au Barcamp Buéa, c’était une journée assez originale et franchement j’ai bien aimé. Pour rappel un Barcamp c’est une rencontre non-conférence ou des personnes de tout bord ( pas seulement informaticien ) se réunissent et échanges leur expérience sur des points pouvant aider la communauté ou les membres de la communauté à monter en compétence dans leurs taches.

Au cours du Barcamp Buéa, un des intervenants dont j’ai oublié le nom ( co-fondateur djosstv ) a dit quelque chose d’assez élogieux, il a en effet au cours de sa présentation dit vaguement l’une des raisons de l’échec que nous rencontrons dans la productivité de nos projets. Au Cameroun, chaque développeur veut toujours faire le projet du siècle, il faut que mon application fasse ceci, face cela, ait telle fonctionnalité, etc …

Tout cela est bien, mais est-ce nécessaire au lancement de votre projet ?? Non !!!! Je m’explique :

Chaque projet a une fonction précise, autour de laquelle on peut en greffer d’autres en fonction de l’évolution du projet. Regarder les sites de grandes envergures tel Facebook, Twitter, Google, etc …. À leur lancement aucun de ses sites n’avait les fonctionnalités qu’ils ont aujourd’hui, les créateurs de ses sites ont compris très vite qu’il fallait dans un premier temps se concentrer sur l’essentiel et ceux pour 2 raisons principales

  • Créer rapidement ( en quelques jours ) notre projet
  • Rendre notre projet accessibles et attendre le retour des utilisateurs.

Vous voyez un peu le concept ?? Que de passer 4 à 6 mois voir plus à développer un projet, autant mieux le faire rapidement, c’est-à-dire implémenter le stricte nécessaire rapidement et si le concept du projet est accepté des utilisateurs, alors faire évoluer l’application et cela permettra de s’assurer que lorsque le projet sera fini et bah, il aura des utilisateurs quasi assuré.

On pourrait aussi prendre exemple sur la plateforme djoss TV, elle a été développé en 2 semaines et à son lancement des fonctions basiques tel la récupération du mot de passe n’était pas disponible, pas parce que les développeurs ne pouvait pas le faire, mais parce que c’était pas cela le but du projet. Au lancement la team Djoss TV c’est appesanti sur l’objectif principale : permettre aux gens de partager via leur plateforme ce qu’il voit à la TV. Le concept a séduit beaucoup de monde et par la suite le site a évolué.

Un contre-exemple de la mauvaise façon de procédé est un projet dans lequel j’avais travaillé à l’époque, l’idée du projet était simple : mettre en place un espace d’échange académique entre étudiants, au lieu de développé d’abord cette principale fonction; le promotionnaire du projet a voulu faire un pack complet de plusieurs fonctions; conséquence : le projet a mis 6 mois à être finalisé et au final il n’a plus qu’à une très faible poignée de personnes.

Ces deux exemples prouvent à quel point le respect de ce principe qui consiste à se concentrer uniquement sur l’essentiel lors de la réalisation de son projet permet non seulement de réaliser son projet, mais aussi de gagner en ressources en évitant en amont un éventuel échec de son projet.

Et vous que pensez-vous de cette approche ??